En 1904, à la suite de la loi sur les Congrégations, le Pensionnat dut fermer ses portes, mais l’hôtellerie fut conservé comme moyen de subsistance. Madame Saint-André, alors à la tête du monastère, grâce à des contacts avec l'Abbaye de Solesmes, sut tirer profit de cette nouvelle preuve, pour que la communauté reprenne une vie dans une plus authentique tradition monastique.