L’histoire de notre communauté débute par une délicieuse idylle… dans les premières années du XIème siècle.

Au temps du Duc Richard II, aïeul de Guillaume le Conquérant, un chevalier nommé Torketil (francisé en Turqueville) fut chargé de garder prisonnier, au Castel de Rouen, le frère même du Duc Richard, Guillaume, Comte d’Exmes. L’emprisonnement dura cinq ans...

Or, ce chevalier avait une fille Lesceline, qui aida le prisonnier à s’évader en lui faisant parvenir une corde cachée dans un flacon !

Guillaume s’en fut trouver son frère Richard pour solliciter son pardon. Richard le lui accorda après preuves de fidélité et lui octroya le Comté d’Eu : il devient le deuxième comte d’Eu. Richard II lui accorda aussi la main de Lesceline.

Sur son domaine de l’Epinay, devenu Saint-Pierre-sur-Dives, Guillaume fit élever une maison de campagne où il espérait s’installer avec Lesceline et les trois enfants qui étaient nés de leur union :

  • Robert, 3ème comte d’Eu
  • Guillaume, comte de Soisson, au service du roi de France
  • Hugues, évêque de Lisieux

Les hautes murailles n’étaient pas encore achevées que le Comte mourait. Lesceline, jeune veuve, décida de faire de ce lieu un centre de prières où l’on recommanderait, chaque jour, à Dieu l’âme du Comte et celles de sa famille.

Des moniales bénédictines y furent donc groupées. La  première Abbesse s’appelait Godehuinde Médon.

Mais on ne sait pour quelles raisons, les moniales trouvèrent peu de faveur auprès du voisinage : elles patientèrent quelques années puis supplièrent leur fondatrice de les transférer ailleurs.